Des enluminures et des chats

Chats du Moyen Âge, de Kathleen Walker-Meikle, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

Chats du Moyen Âge, de Kathleen Walker-Meikle, Paris, Les Belles Lettres, 2013.

Amoureux des chats, voilà un livre pour vous ! Loin des niaiseries félines et autres lol cats, découvrez les mille et une vies des chats au Moyen Âge. Alternant anecdotes plaisantes, emprunts à la littérature profane (Chaucer, par exemple), religieuse et savante, éléments historiques et sociologiques, Kathleen Walker-Meikle propose un réjouissant florilège qui en apprend beaucoup au lecteur − et pas seulement sur les héros à quatre pattes qui donnent leur nom à l’ouvrage. S’appuyant le plus souvent sur des textes britanniques (irlandais, anglais, gallois) et exploitant des manuscrits conservés en Grande-Bretagne, l’auteur examine la place du chat dans la vie quotidienne, son statut juridique, sa nature selon les bestiaires, ainsi que les légendes qui lui collent au poil. Du fameux chat des sorcières, tard venu, à Tibert le Chat du Roman de Renart, du chat familier à l’animal chassé pour sa peau, celui que les Anglais baptisaient couramment Gyb a connu une existence contrastée. En Irlande, au cours du haut Moyen Âge, s’il sait ronronner et chasser les souris, il vaut trois vaches (eh oui !) selon certains codes juridiques, tandis que quelques siècles plus tard, en Angleterre, il ne vaut presque plus rien… Encore faut-il distinguer le statut général du cattus dans la société et les cas particuliers : tel poète compose des vers en l’honneur de son compagnon à quatre pattes, telle noble dame fait faire une couverture tout exprès pour le sien… Ces marques d’affection, dont on conserve la trace aussi bien dans les registres financiers que dans les manuscrits littéraires (où elles surviennent de manière parfois inattendue), sont touchantes. D’autres pratiques, à l’inverse, peuvent être choquantes pour le lecteur contemporain. Autre temps, autres mœurs. On pourra regretter que ce texte, simple d’accès et destiné au grand public, semble parfois énumérer les faits sans qu’une réelle logique préside à l’ensemble. Gênantes également, les nombreuses imperfections formelles qui entachent le volume, signe d’un travail éditorial peu soigné ou réalisé dans l’urgence, ce fléau des temps modernes.

En fin de compte, la principale qualité de Chats du Moyen Âge demeure son iconographie. C’est par là qu’il séduit. Sous sa coquette couverture rouge, il recèle un trésor d’enluminures et de marginalia délicieuses, que l’on prend plaisir à découvrir. C’est en soi un objet charmant auquel on pardonne sans trop de peine ses défauts.

 

Advertisements

2 réflexions sur “Des enluminures et des chats

  1. Vais-je passer pour raciste si je commence par écrire que je préfère les lapins aux chats ? Je suis cependant étonnée qu’une prestigieuse maison d’édition laisse passer des « imperfections » et « défauts »… C’est dommage de constater que ça se généralise… Même si effectivement des questions de budget et de délai doivent en être les causes.

    • Qui sait, un livre sur les lapins dans les manuscrits paraîtra peut-être bientôt ? Il y aurait de quoi faire, vu les connotations et la symbolique attachées à cet animal au Moyen Âge ! Quant aux imperfections formelles constatées dans ce livre, je suis d’accord avec toi, Flopsy : c’est navrant de constater que même les maisons les plus respectables semblent négliger les pourtant nécessaires corrections. Mais tout n’est peut-être pas perdu : la preuve, j’ai signalé ce problème et l’éditeur m’a répondu ! Ils n’ont donc pas renoncé à bien faire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s