Esthétique de la maladie

The Sick Rose. Disease and the Art of Medical Illustration, de Richard Barnett, Londres, Thames & Hudson, 2014.

The Sick Rose. Disease and the Art of Medical Illustration, de Richard Barnett, Londres, Thames & Hudson, 2014.

Intitulé d’après un poème de William Blake, ce beau livre au papier éburnéen d’une douceur angélique exalte l’union des contraires : la grâce et le répugnant, la beauté et le laid, la douceur (des couleurs) et la crudité (des objets). Une illustration de la formosa difformitas, en quelque sorte.

Son contenu n’est pas recommandé aux rétines sensibles, car si la couverture est déjà un indice, elle ne donne qu’une mince idée de ce qui est réservé au lecteur. Âme poétique qui cultive la beauté de l’horrible, c’est en revanche pour toi ! Un festin d’images morbides (magnifiquement reproduites) t’attend.

Maladies de peau, lèpre, choléra, tuberculose, maladies vénériennes, cancers, entre autres joyeusetés, composent les chapitres de l’ouvrage, illustré de quelque 354 images produites entre la fin du XVIIIe siècle et le début du
XXe siècle.

Les textes, même s’ils ne jouent en apparence qu’un rôle secondaire, sont des plus intéressants. L’introduction offre un aperçu de l’histoire de la médecine en Occident,
et décrit brièvement l’essor des manuels illustrés destinés à servir la médecine moderne mise en place au XIXe siècle, dans le sillage de Bichat et des études médicales (physiologie, anatomie) nouvelles développées dans le Paris des deux dernières décennies du XVIIIe siècle. Elle pose aussi la question des enjeux et ressorts de la création d’images montrant le corps ou les organes malades, et évoque l’effet des modes et l’importance du contexte qui voit naître ces représentations. À compter des années 1880, la photographie tend à s’imposer dans un monde scientifique qui juge l’œil de l’appareil plus objectif et fiable que l’œil humain. On sait ce qu’il en est, et combien la photographie elle-même est le fruit d’une création humaine maîtrisée N’empêche : la fin est proche pour la collaboration du scientifique et de l’artiste !

Une des illustrations du chapitre sur la syphilis, p. 199. © Thames & Hudson

Une des illustrations du chapitre sur la syphilis, p. 199. © Thames & Hudson

Chaque chapitre est ensuite dédié à une famille de maladies. Les brefs textes abordent l’histoire générale de l’étude de celles-ci, des cures trouvées, des croyances qui leur sont associées, etc., en insistant souvent sur un aspect marquant ; par exemple, l’histoire de la vaccination pour la variole, la place de la tuberculose dans l’art et la société du XIXe siècle, le fait que les artistes majeurs du temps avaient tendance à souffrir de la syphilis que les peintres représentent souvent sous les traits et courbes d’une femme voluptueuse – le genre et la maladie, toute une histoire ! Des notes d’humour parsèment agréablement la lecture, telles que :

A lifetime with mercury was not the only possible consequence of a night with Venus (le mercure servant à traiter la syphilis)

ou

Parasites, like death and taxes, are inescapable.

L’ensemble de l’ouvrage, jusqu’aux suggestions de visites à faire pour poursuivre les réjouissances, est centré sur l’Angleterre. Mais cela ne nuit en rien à son intérêt. Et s’il soulève parfois le cœur – si si, même votre servante, pourtant coutumière des livres gratinés, a parfois grimacé –, il n’en reste pas moins un bel objet à destination des amateurs d’art, d’histoire de la médecine et de curiosités.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s