L’autre visage de l’art contemporain

Je fais partie de ces gens qui demeurent souvent sceptiques face à l’art contemporain. Trop conceptuel, trop prétentieux parfois, trop marqué par une culture de classe, si l’on peut dire. Je n’en éprouve pas moins un intérêt sincère pour certaines créations artistiques des XXe et XXIe siècles. Qui relèvent, bien souvent, de la contre-culture. De ces arts dits « outsiders ». Aussi l’exposition proposée cet automne-hiver à la Halle Saint Pierre à Paris me paraissait-elle, sur le papier, enthousiasmante. Et le moins que l’on puisse dire est que je n’ai pas été déçue.

Vue de l'exposition. Au premier plan, des œuvres de Joël Négri, au second plan, des tableaux de Mark Ryden. © Photographie Zoé Forget / HEY! modern art & pop culture

Vue de l’exposition. Au premier plan, des œuvres de Joël Négri, au second plan, des tableaux de Mark Ryden. © Photographie Zoé Forget / HEY! modern art & pop culture

Conçue par Anne et Julien, fondateurs de la revue HEY! modern art & pop culture et champions tout-terrain des expressions artistiques de la contre-culture, en collaboration avec Martine Lusardy, directrice de la Halle Saint Pierre, l’exposition réunit 62 artistes internationaux, pour la plupart jamais présentés en France, dans une scénographie très réussie qui brise les cadres rigides pour offrir la possibilité d’une errance circulaire pleine de sens, entre ombre et lumière, arts graphiques et plastiques, passé récent et présent.

C’est le troisième volet d’un cycle de mise en valeur des artistes publiés dans les pages de la revue depuis sa création en 2010, après les expositions de 2011 et 2013 qui avaient rencontré un franc succès. La Halle Saint Pierre, lieu d’épanouissement des arts brut et populaire, lieu d’échange culturel et intellectuel aussi, constitue l’écrin rêvé pour cette exposition-manifeste souvent spectaculaire.

Gabriel Grun, Tacto, huile sur toile, 2010. © Courtesy of the artist

Gabriel Grun, Tacto, huile sur toile, 2010. © Courtesy of the artist

Ici, on peut admirer un florilège de ce qu’offrent les lisières de l’art contempo-rain : art outsider, lowbrow, bande dessinée, folk art, art brut et singulier, art naïf… En résulte un chaos fertile. De la diversité naît une cohérence profonde, subtile, celle d’un imaginaire affranchi des normes et modes imposées, soucieux de libérer la créativité pour générer un art à la fois représentatif de son époque et cependant singu-lier, personnel ; un art qui explore les ténèbres inté-rieures, comme avec les surréalistes pop américains Mark Ryden et Marion Peck, autant qu’il dénonce les dérives de notre société, que ce soit sur le plan com-mercial, avec le mouvement de culture jamming, bien représenté par Ron English, ou sur le plan politique et social, comme chez le Serbe Aleksandar Todorovic, auteur de la brillante série intitulée Iconostasis. Certains artistes manifestent leur profonde connaissance de l’histoire de l’art, tant dans les thèmes choisis que dans la manière de peindre. Gabriel Grun, auteur de sublimes peintures à l’huile qui rappellent Dürer ou Holbein, en est un exemple ; Christian Rex Van Minnen, auteur de portraits parfaitement répugnants mais exquisement réalisés, en est un autre. D’autres cultivent un imaginaire macabre, interrogeant la frontière entre vie et mort, parcourant l’en-deça de l’existence, comme Hervé Bohnert, auteur notamment de sculptures dont je suis tombée éperdument amoureuse, ou Gregory Halili, qui peint sur nacre des crânes d’une beauté infinie.

Hervé Bohnert, Sans titre, 2014. © Avec l'aimable autorisation de la Galerie Jean-François Kaiser – Photographie Christian Creutz

Hervé Bohnert, Sans titre, 2014. © Avec l’aimable autorisation de la Galerie Jean-François Kaiser – Photographie Christian Creutz

Il y a aussi des artistes qui jouent sur les codes hérités, comme le japonais Hiroshi Hirakawa, auteur de splendides peintures réactivant l’ukiyo-e, ou Horiyoshi III, qui réinvente les codes du tatouage traditionnel japonais.

Ludovic Levasseur, Sans titre (Poupée), matières plastiques, colles, éléments de taxidermie, cheveux, os, dents humaines et animales, corne, tissus, cordes, ficelles, métal, 2007-2012. © Photographie Zoé Forget / HEY! modern art & pop culture

Ludovic Levasseur, Sans titre (Poupée), matières plastiques, colles, éléments de taxidermie, cheveux, os, dents humaines et animales, corne, tissus, cordes, ficelles, métal, 2007-2012. © Photographie Zoé Forget / HEY! modern art & pop culture

Il est impossible de parler de tous les artistes, mais chacun, par son univers propre, ouvre une porte nouvelle pour le visiteur de l’exposition. Les fantastiques tableaux syncrétiques de Ray Abeta, les fragiles enfants de plumes de Lucy Glendinning, les céramiques hybrides de Lian Yu-Pei, les tattoo flashes de Tom Berg et Bert Grimm, les poupées-momies si étranges de Ludovic Levasseur, les Diableries de Reno Ditte (inspirées d’images stéréoscopiques du XIXe siècle, dont on peut admirer quelques exemples), les sculptures hyperréalistes et cependant énigmatiques de Choi Xooang, les cadavres exquis plastiques d’Eudes Menichetti, la liste est longue des trésors ici rassemblés ! Il n’y a qu’une chose à faire : se précipiter à la Halle Saint Pierre pour voir tout cela, ressentir la puissance de ces créations. Car cet art des marges est un art de la cruauté, au sens que donnait Artaud à ce terme : il vous saisit aux tripes et à l’âme, il vous bouscule et fait éclater une vérité trop souvent occultée dans notre vie quotidienne d’animal consommateur.

Mise en page 1HEY! modern art & pop culture / Act III, jusqu’au 13 mars 2016, Halle Saint Pierre, 2 rue Ronsard, 75018 Paris. Tél. 01 42 58 72 89. Plus d’informations ICI.

Un très beau catalogue de 340 pages est paru pour l’occasion, qui permet d’en savoir un peu plus sur les artistes : HEY! modern art & pop culture / Act III, Roubaix, éditions Ankama/619, 2015. (Lien vers le site de l’éditeur ICI.)

.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s