Pin-up et maillots de bain

Affiche PIN-UP web.jpgSi vous êtes à Paris en ce mois d’août — mois qui est le meilleur pour profiter des lieux, dans la mesure où une partie des Parisiens a déserté, rendant la ville plus calme et plaisante — et que vous souhaitez vous changer les idées en beauté, au sens strict, je vous invite à aller découvrir la charmante exposition Pin-up. L’âge d’or du balnéaire, proposée par la Galerie Joseph.

Tout est dans le titre : on y voit des pin-up, en photographie (encore que quelques visiteuses s’attachent à perpétuer la tradition !), et des maillots de bain datant pour l’essentiel des années 1950, même s’il se trouve aussi des exemples plus anciens et plus récents. On est loin, assurément, des maillots de bain bon marché et des corps négligés que l’on observe sur nos plages réelles. Ici, tout n’est que glamour, luxe et élégance. Des affiches montrant Elizabeth Taylor, Ava Gardner, Esther Williams, Marilyn Monroe, bien sûr, qui est mise en vedette comme de juste, et bien d’autres beautés sont placées en contrepoint des soixante modèles de maillots sélectionnés pour l’exposition par les collectionneurs Ghislaine Rayer et Patrice Gaulupeau.

Gardner, Ava

Ava Gardner dans une débauche de léopard, photographie promotionnelle pour le fil Mogambo de John Ford, 1953.  © Aurimages

Outre le plaisir des yeux, et l’amusement parfois (si si, il est des maillots quelque peu curieux, tant en raison de leurs motifs que du tissu choisi ou de leur forme), on en profite pour réviser son histoire des mœurs et de la mode, aux États-Unis et en France. Saviez-vous que c’est pour contourner la censure qui interdisait aux actrices de se montrer dénudées que se sont développées les photographies de stars en tenue de plage (hypocrisie, quand tu nous tiens) ? Que c’est parce que le code Hays interdisait formellement que le nombril de ces dames soit visible que l’on a inventé le deux-pièces avec culotte haute et cultivé le une-pièce (parfois à jupette), deux styles de maillots devenus iconiques ? Qui n’a en tête Marilyn Monroe et son sublime maillot rouge de How to Marry a Millionaire? Ici, on en voit une affiche, mais on peut aussi admirer le divin maillot de dentelle et velours qu’elle porte dans une scène de Love nest (1951). Pensons aussi à Betty Page dans un de ses ravissants maillots à l’imprimé léopard. Ces vêtements de bain nous paraissent aujourd’hui bien innocents, fort décents; pourtant, à en croire l’attitude pudique et gênée des mannequins qui défilent pour présenter les derniers modèles sur les films d’actualité des années 1950, on voit que c’était alors un vêtement osé. Autres temps…

Nid d'amour

Marilyn Monroe, radieuse dans son maillot de la marque Catalina pour le film Love Nest (1951). © Bridgeman Images

Les maillots présentés, issus souvent des plus grandes marques (Catalina, Jantzen, Cole of California, marque pour laquelle Christian Dior dessina des modèles, etc.) sont parfois des pièces haute-couture. On comprend la vogue des pool parties, qui permettaient de porter crânement ces merveilles flamboyantes, parfois en lamé, d’autres fois ornées de velours et dentelles, en lieu et place de robes de cocktail.

Cette exposition est une ode à la femme, au glamour et au chic intemporel : à ne pas rater !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la Galerie Joseph.

 

Publicités