L’envoûtant Fernand Khnopff

Le musée du Petit Palais présente une fois de plus une exposition ambitieuse et originale au public, en le conviant cet hiver à la rencontre de l’artiste belge Fernand Khnopff (1858-1921). Dans une scénographie plaisante et aérée, où règne le bleu roi, le parcours de visite offre un panorama complet de l’œuvre peint de ce maître du symbolisme. On découvre aussi bien son travail pour sa maison-atelier, le Castel du rêve, ce « temple du Moi » où se révélait la personnalité de l’artiste, que ses portraits, en particulier de sa sœur Marguerite, modèle obsédant, ses paysages mélancoliques et d’autres peintures plus mystérieuses, oniriques, chargées de mille et un symboles parfois obscurs.

13. khnopff - i lock my door upon myself, crédit photo bpk, berlin, dist.rmn-grand palais images bstgs

I Lock My Door upon Myself
1891, huile sur toile, 72 x 140 cm, Munich, Neue
Pinakothek. © Photo BPK, Berlin, Dist.
RMN-Grand Palais images BStGS

CMYK workspace ISO 12647-v2Depot

Acrasia. The Faerie Queen
1892, huile sur toile, Musées Royaux des
Beaux-Arts de Belgique, Bruxelles. © Photo J. Geleyns / Art Photographie

En voyant ces œuvres, aussi diverses que Le Masque au rideau noir (1892), les études pour Memories (1889), les retouches sur photographies (Khnopff s’intéressait beaucoup à ce médium) ou encore telle vision d’une ville abandonnée ou d’une campagne fantomatique, on observe toujours la même étrangeté diffuse, et le goût de l’intériorité, de l’introspection, associée logiquement à la solitude. On n’est pas étonné d’apprendre que l’artiste fréquentait ses compatriotes James Ensor (avec qui il se brouille cependant), Émile Verhaeren et Georges Rodenbach, admirait Flaubert (il peint en 1883 D’après Flaubert. La Tentation de saint Antoine) et Baudelaire – l’exposition insiste sur l’importance des correspondances chantées par le poète dans l’art de Khnopff –, Moreau, sans oublier les préraphaélites, Rossetti et Burne-Jones en tête. Son attirance pour Mallarmé et les œuvres ésotériques du Sâr Peladan, fondateur de l’ordre de la Rose + Croix, ne surprend pas davantage. Fernand Khnopff semble condenser dans ses productions l’esprit de l’art fin de siècle, poétique, bizarre et fascinant. On retrouve dans ses peintures des thèmes chers aux écrivains de son temps : ses « masques » insondables et vaguement inquiétants rappellent Lorrain (Histoires de masques), ses vues d’une Bruges spectrale évoquent Rodenbach (Bruges-la-Morte), et ses peintures d’une sorte d’idéal féminin peuvent convoquer l’image de la femme fatale (pensons à la lumineuse Acrasia, en 1892, figure féerique et incarnation de la débauche). Cependant, toujours, chez lui, le sens se dérobe : prenez, par exemple, le célèbre L’Art ou Des caresses (1896), ou encore Une aile bleue (1894), où l’on retrouve la figure récurrente d’Hypnos, le dieu du sommeil (Khnopff avait été frappé par le buste d’Hypnos du British Museum ; il l’avait déjà peint en 1891 à l’arrière-plan de I Lock My Door upon Myself). Khnopff n’explique rien, il livre à nos sens et notre esprit des créations sans en donner les clés d’interprétation.

 

16. khnopff - souvenir de flandres

Souvenir de Flandre. Un canal
1904, craie et pastel sur papier.
© Collection The Hearn Family Trust, New York

Cette belle exposition qui rassemble environ 150 œuvres issues de musées européens et de collections particulières, dont certaines magnifiées par leur cadre d’époque, objet d’art en soi, transporte ainsi le visiteur dans une symphonie de couleurs, de formes, de rêves aussi, et permet de lever le voile sur l’énigme Khnopff, sans jamais la percer à jour – le contraire n’eût-il pas été une trahison de l’esprit du maître ?

Fernand Khnopff (1858-1921), le maître de l’énigme, jusqu’au 17 mars 2019, Petit Palais, avenue Winston-Churchill, 75008 Paris. Informations ICI.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s